Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sanitarium

par Mélanaï 14 Octobre 2010, 20:45 Alpha Bêta Gamma

http://nsm04.casimages.com/img/2010/10/14/101014084426378006923613.png

 

 

 

Ambiance lugubre et corbeaux. Un épouvantail qui te poursuit avec sa faux.

Des enfants dans une ville sans parents. Le monde végétal a pris le dessus. Et les enfants qui chantent autour d'une citrouille "Mère est bonne mère est le chemin, Mère nous protège de la viande qui nous ferait du mal. Il faut tuer la viande, pour que les graines poussent. Nous sommes tous des graines de Mère." Ces enfants, qui se transforment en arbre, en fleurs, en plante. Ces enfants qui resteront d'éternels innocents.

 

Ce thème de la pureté qui disparaît en grandissant est souvent abordée finalement. Penchez-vous donc sur la trilogie A la Croisée des Mondes ; la Poussière est attirée par les enfants qui deviennent adolescents et se dépose sur les adultes. La Poussière marquerait la perte de l'innocence, le pêché. Faut-il tenter de préserver l'humanité du pêché originel ? Ou bien cet acte a-t-il été la plus belle des choses qui puisse arriver ? Le passage de l'innocence à la conscience. De l'insouciance à la responsabilité. Nous ne sommes encore que des adolescents.

 

(( Sanitarium me fascine j'y peux rien ^^'... le dessin ne me satisfait pas entièrement mais il faut bien savoir s'arrêter non ? La quête de la perfection est des principaux vices de l'être humain ))

commentaires

Hélène 06/11/2010 12:31


Tu sais, Mélanaï, que la frontière entre la folie et la normalité est plus que floue.
Je dirais même, (et je ne parle pas pour moi, bien sûr!) que la frontière entre la folie et le génie...Existe-t-elle?
Sans vouloir te cirer les pompes, je ne me suis jamais sentie mal à l'aise en visitant un blog. Si je le suis, c'est probablement qu'il y a quelque chose...
J'ai connu, une fois, un homme avec lequel j'ai senti ce dont tu parles. Ce fut à la fois extraordinaire, mais aussi destructeur.
Quant-aux schémas de la société, si c'est cela, être adulte, entrer dans un moule, non. C'est une violence que je refuse de m'infliger.
Mais rester en adéquation avec celui ou celle que nous étions auparavant, combien c'est difficile...Parce que la vie est passée par là, non?


Mélanaï 06/11/2010 13:00



Sans rester exactement pareil, je dirais que l'idéal serait d'évoluer en suivant son chemin de vie, et pas celui que quelqu'un d'autre essaie de nous imposer..



Hélène 05/11/2010 23:45


Ce blog... Je me suis arrêtée plusieurs fois chez toi;impression un peu angoissante et étrange, celle de sentir ce que tu dis, d'être dans tes mots et de vouloir m'en enfuir...
Mélanaï, ta sagesse un peu folle me dérange.
Un peu comme si je me tenais en face de moi. Avant. Avant quoi? D'être adulte?
Mais qu'est-ce qu'un adulte? Qu'est-ce que l'innocence?
Faut-il garder cette vie... Violente, fascinante? Peut-on le faire?
Qui est le vrai nous-mêmes? L'adulte, l'ado qui souffre tant, mais qui vit 1000 fois plus intensément, et qui trouve les mots justes?
Ou la frontière entre les deux?
Tu es une drôle de fille...


Mélanaï 06/11/2010 09:04



J'angoisse parfois moi-même face à l'univers des fous, qui me fascine et me fait peur. Est-ce parce que je suis l'une d'entre eux ? Ou plutôt parce que j'aimerais les sauver ? Ou est-ce parce que
dans ma poitrine il y a des choses qui veulent sortir, des oiseaux qui brisent des fenêtres ?...


J'ai eu peur aussi, le jour où j'ai rencontré ce que je suis chez un homme. C'était pire qu'un miroir, j'ai failli m'y noyer... nous ne faisions plus qu'un, j'étais même capable de sentir quand
il tombait malade, lui qui vivait à des centaines de km... ne t'approche pas trop du bord...


Il faut que nous devenions adultes, mais nous sommes encore loin de cet état de maturité. Pour l'instant, en grandissant, nous régressons pour la plupart en oubliant ce qui fait ce que nous
sommes, l'essence de notre vie... tout ça pour coller aux schémas de la société...



Quichottine 15/10/2010 11:27


Merci pour ta longue réponse.
Je ne joue pas aux jeux vidéos, mais je sais que l'on peut vite s'y prendre. Heureusement que tu sais ce qu'il y a derrière et le côté dangereux de ce jeu-là.

... en fait, je pense que de nombreux jeux le sont. :-)

Bonne journée à toi. :)


Quichottine 15/10/2010 00:26


Je comprends que tu sois fascinée...

Je reste sur une impression étrange. Se préserver du pêché originel, je ne pense pas qu'il le faille.

Mais j'avoue que ce monde à mi-chemin entre rêve et cauchemar me fait peur.

C'est une très belle illustration.


Mélanaï 15/10/2010 09:09



Tu es juste sur le monde entre rêve et cauchemar... ce jeu se constitue d'une succession de mondes métaphoriques différents, qui se rapportent à un élément du passé du personnage principal.
Chaque monde est étrange, fascinant, inquiétant, menaçant... Entre chaque "monde", on se retrouve à l'hopital psychiatrique. On ne sait jamais où est la réalité. Est traitée métaphoriquement
également la question de sacrifices humains pour un Dieu, de la manipulation des médias dans la guerre, la légitimité d'une boucherie humaine au nom du progrès de la science...


A la fin, le personnage se réveille du coma. Ces mondes n'étaient que les barrières de son esprit qui l'empêchaient de revenir à la réalité (parce que quelqu'un lui injectait un poison pour qu'il
ne se réveille jamais parce qu'il en savait trop à propos de quelque chose)


 


Ce jeu était très dérangeant. Il a été retiré de la vente au bout d'une semaine. Il demandait une trop grande introspection psychologique... les gens préfèrent cautionner les jeux de guerre qui
deviennent de véritables boucheries humaines ...


 


En tout cas j'aime beaucoup, les musiques sont magnifiques, je pense y rejouer une septième fois bientot, merci pour l'illus' :)



Haut de page