Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les aventures d'une végétomobile - Petit précepte de pièces détachées

par Mélanaï 14 Juillet 2011, 17:30 Une belle lisse poire au quotidien

DSC02503.JPG

 

Cela fait maintenant plus de trois mois que ma végétomobile (aka Mimi-Cracra) a commencé à vivre des déboires dignes d'un feuilleton à suspense sur M6 à 14h.

Tout a commencé un dimanche soir, sur l'autoroute me ramenant à Montpellier. Pour une fois je n'avais pas oublié de choses importantes comme mon chargeur de téléphone ou mon cable de Pc portable (\o/). Comme d'habitude, je m'arrête à l'aire d'Ambrussum pour une petite pause pipi après 2h de route et avant d'entrer dans Montpellier city et me confronter à ses feux rouges interminables (dédicace à Caro !). Au moment de redémarrer, j'ai comme un bruit.

 

Tac-tac-tac-tac.....

 

Je me dis "Tiens j'ai comme un bruit ?!", en trois ans je n'avais jamais eu de souci mécanique avec ma végétomobile et je touchais du bois pour que ça ne m'arrive jamais. Je fais les derniers kilomètres qui me séparent de chez moi la musique coupée, l'oreille tendue pour tenter de discerner d'où vient ce tac-tac-tac. Apparemment plus prononcé quand je redémarre aux feux rouges, je commence à me dire que mon embrayage est sur le décès.

 

Après discussion téléphonique avec mon padre, je fais le tour de Mimi pour regarder son arrière-train et me rends compte que ce n'est peut-être pas très normal que le pot d'échappement penche comme ça. Per fortuna, le parking de ma résidence accueille une autre Mimi-Cracra, qui me permet de confirmer mes soupçons. J'ai comme un bruit !

 

Premier dépôt de Mimi à Leclerc Auto Montpellier un mardi matin pour un diagnostic. Oui parce que deux semaines avant, le Speedy en bas de chez moi s'est retrouvé ravagé par les flammes. Cela aurait été trop beau.

 

Le gars me dit qu'il m'appelle quand il aura fini pour que je revienne la chercher. Alors je m'en vais traîner dans la galerie de Leclerc histoire de passer le temps. Au bout d'une heure, je me dis qu'il lui faut peut-être pas autant de temps que ça pour voir ce qui cloche alors je me pointe, et ça faisait à peu près une demi-heure qu'il avait fini (epic fail, j'étais en pleine période de partiels donc en manque crucial de temps >_<). Résultat des courses : silencieux cassé, il faut le changer.

 

On me file un devis, je valide la commande. Encore une fois on me dit qu'on m'appelera, et que la pièce sera là d'ici 48h ou 72h, ce qui ne m'arrange pas vraiment sachant que le vendredi soir je rentre chez moi et que l'après-midi j'ai une sortie au musée de l'étang de Thau. Je rentre donc avec ma végétomobile qui fait un véritable bruit de casserole et prie pour ne pas me faire choper par les flics, même si j'ai un devis qui cautionne mon arrière-train pétaradant !

 

Passe le jeudi. Passe le vendredi matin. A 11h j'appelle, pour savoir où est la pièce "oui oui elle est là", je me retiens de traiter la fille de bouffonne sachant qu'ils étaient censés me prévenir pour que je puisse venir à la première heure. Parce que Leclerc auto, tu passes quand y'a de la place, tu ne peux pas prendre rendez-vous. Je pars alors de la facc sur les chapeaux de roue, parce qu'il ne me reste que 35 minutes pour atteindre Leclerc et qu'il me faut en moyenne 20 minutes pour y arriver. Evidemment, je me tape tous les feux rouges qui peuvent exister, certains même plusieurs fois (je vous ai déjà parlé de mon aversion pour la vie en ville ?)

 

J'arrive, in extremis, et laisse Mimi pour qu'il s'en occupe durant l'après-midi, pendant que je serai en sortie. Caro, ma sauveuse, vient me récupérer pour que l'on retourne à la fac et partir à temps pour la sortie. Parce que oui, quand t'es à Leclerc en piéton, à part si tu fais du stop, tu es coupée du monde.

En début d'après-midi, alors que je commence seulement à me détendre en me disant que mes malheurs sont finis, le garage m'appelle pour me dire de le rappeler urgemment. Evidemment je n'ai plus de batterie à mon téléphone. Evidemment c'était trop simple aussi pour le type de me dire la raison de son appel. Je rappelle qu'à cet instant, je suis au beau milieu du musée, censée écouter les explications du prof d'ethnologie, sachant que j'aurai un travail écrit à lui rendre sur le musée. En bref, je n'ai quasiment rien écouté de la visite, en tentant de rappeler le garage sans jamais y parvenir. Je tombais inlassablement sur le standard général de leclerc qui n'arrivait pas à me faire basculer sur le garage.

 

Dernier recours : il Padre. Avec mon déficit de batterie, je parviens à lui envoyer un texto pour le prévenir de mon désarroi. Il parvient à joindre le garage et tombe sur la bouffone du matin, qui lui dit qu'en fait ils voulaient nous dire qu'il fallait verser un acompte pour qu'ils s'occupent de la voiture (ce à quoi répond mon père que ça ne peut pas être ça puisque j'ai déjà payé le mardi) alors elle se reprend et dit que c'était pour dire que la voiture était prête. Je me dis que le type qui m'a laissé un message aurait pu éviter de prendre une voix dramatique pour m'annoncer ça.

 

Nous rentrons sur Montpel et ma super Caro me redépose au garage, après avoir affronté feux rouges et bouchons. Et c'est là que le monde bascule et que je me liquéfie sur place. Le type au comptoir me dit "Ah non mais non moi j'ai pas réussi à le changer c'est pas la bonne pièce", alors je lui répète ce qu'a dit la fille et il me dit "Ah alors je sais pas, en tout cas c'était pas moi allez voir aux pièces détachées". Un second type me dit qu'ils n'avaient pas reçu la bonne pièce et qu'ils en avaient recommandé une, qu'ils me faisaient 30% sur la facture pour s'excuser du dérangement et moi qui me vois déjà devoir faire 500 km dans le week end avec un silencieux sur le point de se détacher.

 

Passe le week-end, le silencieux était censé se pointer le mercredi ou le jeudi. Le mercredi matin j'appelle, et encore la bouffonne me dit que c'est arrivé, et là je ne me prive pas de lui faire remarquer que ça sert à rien de me dire qu'on va m'appeler s'ils ne le font pas. Je lui demande si j'aurai une place en arrivant d'ici 20 minutes, elle me dit "Ah je sais pas ça dépend les gens qui arrivent" oui mais non, j'ai besoin de ma caisse, j'ai un partiel l'après-midi (je vous raconte pas mes conditions de révision, torturée par le stress !)

 

Vous vous dites, à ce moment-là, quand j'ai remis mes clés au garagiste, l'histoire se termine là, happy end et youpla, il y a quand même eu assez de rebondissements comme ça ! Mais que nenni mon ami, que nenni, je dirais même que nous n'en sommes qu'à la moitié, mais que vue la taille de mon article, je vais le couper en deux sinon tu vas t'endormir sur ton Pc et je m'en voudrais d'être complice de ta surconsommation en électricité qui contribue au réchauffement climatique !

commentaires

Quichottine 25/07/2011 12:38


Eh bien... cela va me dissuader de me servir des leclerc auto !

Que de problèmes qui auraient pu ne pas avoir lieu !


Mélanaï 25/07/2011 17:43



Et encore, l'histoire ne s'arrête pas là !... elle va se poursuivre dans un autre leclerc auto, ça mériterait vraiment d'écrire un roman à succès !... et surtout, la conclusion sera qu'on n'est
jamais mieux servi que par soi-même, je publie très prochainement la suite !



Haut de page