Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le plus grand paravent chinois

par Mélanaï 1 Décembre 2010, 07:58 Gribouillages

"C'est un type qui vient de passer son Brevet d'études supérieures et termine premier.
- Pour le récompenser son père lui propose de lui offrir un vélo.
Mais le jeune homme dit :
- Ecoute, Papa, c'est très gentil, évidemment que j'ai toujours rêvé d'avoir un vélo, mais si tu veux vraiment me faire plaisir, ce que je voudrais, c'est autre chose.
- Quoi donc ?
- Une balle de tennis jaune.
Le père s'étonne :
- Mais tu ne joues pas au tennis.
- Non.
- Et tu ne veux pas plutôt une boîte de plusieurs balles ?
- Non plus. Juste une balle de tennis. Mais en revanche je la veux précisément de couleur jaune.
- Et tu vas en faire quoi ?
- Papa, tu m'as demandé ce que je voulais, je te réponds, maintenant, si ça te gêne de ne pas comprendre le sens de ce cadeau, tu peux m'offrir le vélo, mais ce n'est pas ce qui me ferait le plus plaisir.
Le père, bien qu'étonné, obtempère et offre la balle.

 

Quelques années plus tard, le jeune homme réussit son baccalauréat avec mention Très Bien.
Le père veut lui offrir une moto. Mais le fils lui répond que même s'il sait que tous les jeunes rêvent de cela, lui préfère autre chose. Une balle de tennis jaune.
- Quoi, encore ça ? Mais qu'as tu fait de la première ? Et puis tu ne joues toujours pas au tennis il me semble.
- Papa, ne me pose pas de questions, un jour je t'expliquerai. Si tu veux vraiment me faire plaisir c'est la seule chose dont j'ai vraiment envie. Une balle et une seule, de tennis, de couleur jaune.
Le père obtempère et offre l'objet convoité.

Le fils fait des études de médecine et sort premier de sa promotion. Le père veut lui offrir un studio pour qu'il s'installe près de son université. Mais là encore, le fils dit qu'il préfère, plutôt qu'un studio, une balle de tennis jaune.
- Tu ne veux toujours pas me dire pourquoi ?
- Un jour je t'expliquerai.

Puis le fils se marie, le père veut lui offrir une voiture, mais pour le mariage le fils dit qu'il préfère une balle de tennis jaune.
- Tu ne joues toujours pas au tennis ? Tu ne veux pas pour changer en avoir une blanche ? Tu ne veux pas une boite de 6 balles jaunes ? ça nous ferait peut-être gagner du temps ?
- Non, juste une. Et de couleur jaune.
Une fois de plus, le père offre la balle.

 

Et puis le fils a un accident. Il est grièvement blessé. Le père fonce à l'hôpital et le médecin lui dit que c'est très grave, que le fils ne s'en remettra pas, il ne passera pas la nuit.
Le père affolé, rejoint son fils qu'il découvre enroulé dans des bandages, avec des tuyaux qui le relient à des appareils.
- Comme c'est affreux ! Mon fils !
Mais sous les bandages une voix faible murmure :
- Papa, je sais pourquoi tu es là. Demain je serai mort et tu as le droit de savoir.
- Mais ne dis pas de telles horreurs. Il faut que tu vives !
- Non, le médecin m'a dit que c'était fichu. Par contre je t'attendais pour te révéler le secret.
- Mais non mon fils, ça n'a aucune importance.

-Si Papa, toute ces années où tu as voulu m'offrir un vélo, une moto, un studio, une voiture et où chaque fois j'ai préféré une balle de tennis jaune, en fait c'est pour une raison très précise. Approche ton oreille de ma bouche. Je vais te confier ce grand secret. En fait, si je voulais une balle de tennis jaune c'est parce que... Argggghhhh !
Et il meurt."

 

 

La balle de tennis jaune. Certainement une des clés de la littérature pour parvenir à captiver le lecteur. Il en existe de plusieurs tailles, certaines concernent une intrigue secondaire, d'autres prennent plus d'envergures. A ce jour, l'auteur de la plus grosse balle de tennis jaune que je connaisse (et je le dis avec toute la modestie de ma culture littéraire) est bien Lemony Snicket (de son vrai nom Daniel Handler) avec ses treize tomes sur les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire. Pendant 13 tomes (chacun de treize chapitres) il passe son temps à tenter de nous dissuader de lire l'ouvrage (nous donnant ainsi encore plus envie de le lire) il nous tient en haleine, nous dévoilant à chaque fois une part du mystère, nous laissant croire que grâce à ces nouvelles informations le tout s'éclaircira, alors qu'au contraire, seules de nouvelles questions alambiquées se présentent. Il se présente comme un auteur accusé à tort de crimes, qui est recherché par la police et passe le plus clair de son temps à se cacher tout en poursuivant ses recherches. Histoires dramatiques et mystérieuses...


 

1866790885_1.jpg

 

A la fin du treizième tome, on n'en sait toujours pas plus sur les mystères de VDC, du sucrier et tutti quanti. Daniel nous a transporté dans un univers parallèle, parfois absurde, parfois improbable, mais incontestablement captivant. Certains y verront une grosse supercherie et considéreront s'être fait racketter le prix des bouquins. Moi je trouve ça ingénieux. Parce que qui nous empêche d'imaginer ce qui n'est pas écrit. Pour que chacun écrive et rêve l'histoire qui lui convient le mieux.

 

Je suis très attachées à cette série de livres. D'autant plus que le lecteur averti saura y reconnaître tant et tant de clins d'oeil littéraire que les énumérer tous ici ferait de mon article l'un des plus longs de mon blog (et vous vous seriez endormi bien avant le point final !). Sachez toutefois, si vous êtes inconnus à cet univers, que les noms de personnages ne sont pas choisis à la légère. Si vous vous voulez vous rendre compte de l'immensité du génie de l'auteur, je vous invite à lire cette page.

 

Note : Le titre de l'article se réfère à l'histoire du paravant chinois... c'est lancêtre de la balle de tennis jaune, mais son histoire et ses conséquences dramatiques se rapprochent beaucoup de l'histoire des Baudelaire. Car il y a derrière ce paravent chinois, une histoire terrible. Vous ne la connaissez pas ? Un jour, je prendrai le temps de vous la raconter... Mais si vous lisez le dernier Bernard Werber, il livre l'histoire du paravent chinois à la fin du livre :-)

commentaires

Quichottine 14/12/2010 12:56


J'espère que tu vas bien, en ces moments de préparatifs et que les vacances qui approchent te laisseront le temps de souffler un peu.

Passe une belle semaine, Mélanaï.


Mélanaï 14/12/2010 21:36



Ton message me fait très plaisir Quichottine =)


Oui en ce moment c'est le grand rush, encore une dissertation sur le patrimoine à rédiger, et un partiel vendredi à 12h sur les institutions culturelles. Après ça, je serai en vacances pendant un
mois et demi, je vais avoir de quoi souffler et me laisser inspirer !


Belle semaine à toi aussi. Je t'embrasse.



Quichottine 03/12/2010 13:39


J'ai lu les premiers tomes, pas les suivants.

Tu me fais rire... parce que l'histoire de la balle de tennis jaune, je la connaissais, mais je n'avais pas pensé l'appliquer aux feuilletons.

C'est vrai que c'est tout un art de maintenir le suspens tant de temps.

Passe une belle journée, Mélanaï. J'espère que tu vas bien.


Mélanaï 03/12/2010 17:55



Treize tomes de treize chapitres, faut le faire !...


Merci Quichottine, passe une bonne soirée. En ce moment c'est la course pour finir le travail à rendre et réviser les partiels. Vivement le 17 !



Haut de page