Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La poésie agonise dans les coeurs sans chaleur

par Mélanaï 11 Janvier 2011, 16:03 Gribouillages

<< J'ai toujours voulu écrire. Cette envie me prend la nuit, en cours, en mangeant. N'importe quand. Mais je n'ai jamais vraiment trop su ce que je voulais écrire. Il fallait déverser des mots, qu'importe leur sens. Longtemps j'ai cherché à écrire des histoires. Des nouvelles, des poèmes.

Mais les gens m'écoeurent, je ne sais quoi raconter sans sombrer dans le tableau cliché. Que peut-on raconter ? Je n'en sais fichtrement rien. Ecrire des articles pour des journaux. Au moins c'est éphémère, ce n'est pas fait pour durer. Un écrit qui reste fini par se détacher de vous. Ne vous ressemble plus et finit par vous faire honte. >> Août 2007

 

C'est la clôture de mon "journal", non pas le seul que j'ai eu, j'ai dû en commencer deux-trois dans ma vie et finir par les jeter en relisant un an après ce qui était écrit. Je trouvais ça stupide, ignoble. Je considérais mes problèmes ou questionnements d'autrefois insignifiants, ne méritant pas une trace sur le papier. "Je l'aime", "Je ne l'aime plus", "Que faire ?!"... arrivée à la fac j'ai commencé un second carnet. J'avais pour ambition de n'y noter que mes objectifs et mes progressions. Mais je n'ai pas pu m'empêcher de sombrer dans les détails de torture amoureuse (oui parce que j'aime me torturer, j'suis du genre romantique au premier sens du terme) En plus, j'écrivais trois pages tous les trois mois, bonjour la continuité. Maintenant j'y recopie ce que je peux écrire ici, parce que je ne veux pas oublier.

 

En 2010 j'ai inauguré mon carnet de liste. Les listes sont parfaites pour se souvenir sans sombrer dans d'affreuses descriptions aveuglées par les sentiments du moment. J'ai toutes sortes de listes. Mes statuts FB résument un instant de vie (voilà pourquoi j'en ai autant, c'est un travail d'écriture bande de moules !) Mes recettes, mes remèdes, mes passages de livres... vous en apprendrez bien plus sur moi en lisant celui-ci qu'en lisant l'intégralité du blog.

 

Il paraît que j'écris juste. C'est quoi, écrire juste ? C'est peut-être écrire sa vérité du moment sans la retravailler.

 

Ecrire pour se souvenir. Ecrire pour s'évader. Ecrire pour guérir, pour extérioriser le mal. Ecrire pour partager une émotion. Ecrire pour laisser sa trace. Ecrire pour les autres. J'ai arrêté d'écrire ce qui me traversait l'esprit. C'était peut-être une erreur. Je m'exprime peut-être ailleurs.

 

J'ai toujours voulu écrire. J'ai offert mes mots à ceux qui comptaient le plus.

 

Aujourd'hui j'écris surtout avec des images. Avec les mêmes motivations. Et je me rends compte que je me pose les mêmes questions. Pour raconter quoi ?

 

Du moment que ça touche d'une quelconque façon ne serait-ce qu'une personne, moi ça me suffit.

 

 

 

 

commentaires

Quichottine 22/01/2011 18:57


Écrire même pour une seule personne qui viendrait te lire... Oui, c'est aussi une bonne motivation. :)

Commencer et ne pas finir, parce qu'à un moment on se dit "à quoi bon ?"...

Alors, faire des listes, ou des choses dont on sait que ce n'est peut-être pas le plus important mais que ça compte aussi, comme des gammes pour un pianiste.


Mélanaï 25/01/2011 21:13



Parce que ce sont les plus petits moments anodins qu'il faut noter. C'est de ceux-ci qu'on voudra se rappeller quand la mémoire commencera à flancher...


Merci de tes passages et de tes mots Quichottine :)



Rikiki le petit kiwi 14/01/2011 01:27


Je suis comme toi, j'ai eu un seul journal intime et encore je pense l'avoir acheté juste parce qu'il était beau. L'idée d'un journal où tu racontes ta vie m'a toujours posé problème, quand
j'écrivais dedans, je savais jamais si je notais seulement le jour ou si je devais dire "cher journal", j'avais l'impression de sombrer dans une sorte de schizophrénie, je parle à du papier relié.
Et le pire comme tu le dis si bien, c'est quand tu te relis quelques années après, j'éprouvais un mélange de honte et de mépris de ce soi-disant moi. "Oh mon dieu j'étais si futile?", j'assume pas
du tout.
Depuis que je suis à Paris quand y a des journées chouettes ou si je me suis encore fait interpellée par un clodo ou un boulet je le note dans mon agenda à la page du jour. Je mets l'essentiel
juste de quoi me rappeler cette journée. Comme ça je pourrais me souvenir de cette année où j'ai vécu à Paris.
Continu d'écrire, ça me plait et ça m'énerve parce que ça me rappelle combien tu es un géranium awesome!


Mélanaï 14/01/2011 12:02



Oui je ne veux pas oublier mes échecs de géranium et les moments passés avec vous, j'ai même noté les répliques cultes des profs, parce que ça me fera plaisir de les relire dans quelques années
:[]


Mon kiwi tu es awesome de me trouver awesome !



Haut de page