Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et si on allait voir les grenouilles chanter ?

par Mélanaï 7 Mai 2011, 19:55 Gribouillages

 

Ecrire.

 

C'est facile de perdre le rythme. Quand on s'arrête d'écrire, souvent c'est foutu. C'est comme arrêter la piscine, arrêter de faire sa vaisselle tous les jours... on se complait très rapidement dans la passivité la plus totale. Et l'effort à fournir parait tellement difficile pour s'y remettre que bien souvent, bien souvent, on ne s'y remet pas. (sauf cas d'extrême urgence, quand la vaisselle déborde dans tous les sens et que tu te retrouves à chasser dans ton propre évier quelle assiette est la moins sale pour manger ce soir)

 

Pourtant j'aime écrire. Ces deux derniers mois j'ai réussi à me trouver mille et une excuses pour ne pas avoir le temps. Le silencieux de ma voiture (Petit traité de prospection pour un silencieux de végétomobile à venir dans les jours prochains), les partiels, les travaux de groupe, le fond du trou que j'ai creusé avec mon perfectionnisme, mes devoirs en retard, mon stage "inventaire des lavoirs", courir après mes conventions pour les vers à soie...

Mais à passer mes journées à faire marcher ma concentration et ma p'tite cervelle de géranium, il ne me reste plus grand chose pour puiser dans mon capital créativité. Et ça me frustre !

 

Bien sûr je n'ai pas fait que ça. J'ai aussi profité de ma maison, de mon chien, de ma famille. J'ai profité du soleil, l'innocence des jeux d'enfants. J'ai cuisiné des bonbons à la girafe et des yaourts à la crevette. J'ai raconté des histoires de sorcières et j'ai fait de la "balanceçoire".

 

 

 DSC06298.JPG

 

 

Les idées c'est comme les papillons. On les saisi au vol, d'un regard. Mais on ne peut pas les attraper et les enfermer dans un bocal en attendant d'avoir le temps de les regarder. Sinon elles étouffent et se consumment d'elles mêmes.

 

J'ai eu beau noter tout ce que je voulais écrire, ça s'est évaporé.

 

Ecrire, c'est comme reprendre le sport. Il ne faut pas attendre d'avoir le temps ; il faut s'accorder du temps. Le réserver exprès pour ça.

 

Aujourd'hui je vous le dis. Je recommence l'écriture et le vélo. Parce qu'aussi bien intellectuellement que physiquement, je suis une vieille mémé toute rouillée. Et c'est pas quand j'aurai quarante ans que je changerai quelque chose à pleurer sur ce que je n'ai pas fait.

commentaires

Quichottine 11/05/2011 11:04


Ce n'est jamais bon de regretter ce qui nous manque... alors, c'est bien de se donner le temps.

Un peu... et tu n'auras rien à regretter.

C'est bon le yaourt à la crevette ?

Passe une belle journée, Mélanaï.


Mélanaï 24/05/2011 22:15



Aussi bon que les omelettes aux paillettes ! :)


Je prends le temps, mais le stage m'en prend beaucoup. J'ai tellement de choses à raconter et à dessiner, j'espère arriver à écrire ici cette semaine. Bonne soirée Quichottine je t'embrasse et
continue de te lire même si je laisse peu de traces de mon passage...



Haut de page