Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On en oublierait presque le numéro d'équilibriste, le seul qui compte et qui consiste à pas tomber

par Mélanaï 1 Août 2009, 22:37 Gribouillages



J'ai besoin de tout ranger dans des cases. Que tout soit à sa place. Planifier à l'avance. Evaluer les cas de figures, préparer les réactions. Faire des listes. Les barrer.
Compter le nombre de marches. Compter le nombre de cuillerée de sucre mises dans le yaourt. Compter le nombre de pas pour aller de la chambre à la cuisine. Faire en sorte que ce soit toujours le même compte.

Compter. Ranger. Compter.

Faire des calculs inutiles. Combien il reste de secondes avant le passage du bus. Combien de fois je peux aller au cinéma avec le prix de cette robe. Combien de décalage horaire ça fait pour les heures de matches. Combien de minutes il me reste à rouler selon la distance à parcourir et ma vitesse.

Je range dans des cases. Survole la semaine du lundi au dimanche dans un calendrier mental. Si je n'ai rien fait avant 10h30, ma matinée est foutue. Les jours importants sont en rouge. Les journées libres sont vertes. Trop de chiffres dans ma tête. Ils sont toute ma vie. Sûrement pour ça que j'aime les maths. Je faisais des exercices de mathématiques quand je m'ennuyais. Obligée de compter deux fois plus les lignes blanches sur le bord de la route ou les panneaux de circulation.

L'art n'est pas une science exacte. Rien ne se range dans des cases. Besoin compulsif de trouver un sens à tout.

Le bonheur serait dans la colline, sans portable, sans télévision, sans ordinateur. Juste les sentiers et les sensations. Plus d'heure plus de temps plus de chiffre. Paix intérieure. Trop de chiffres tout le temps. Tout faire péter.

Une semaine de tranquilité loin des ondes radio. Silence dans la tête.

(Ca yest, je suis folle à vos yeux)

commentaires

kaléi 16/08/2009 16:16

Folle?? Ah mais non... Po du tout, je pense que beaucoup beaucoup partage ce ressenti... Bienvenue au club... :-)

EB TCM 02/08/2009 21:58

Il n'y a rien à faire péter...
Il y a a accepter.
Il n'y a pas de "compulsions"...
Il y a illusion.

Il y a un cœur asphyxié...
Par le mental, par les pensées.

Le bonheur n'est ni demain,
ni hier, ni ailleurs.
Le bonheur est ici et maintenant,
dans le présent.
"Je" suis sans penser... sans pensées !
Descartes se serait il trompé ?
Et si la folie pour les autres
n'était que ma Liberté ?

Écouter. Être écouter. Être.
Le bonheur... La Paix intérieure !

Mélanaï 08/08/2009 21:59



ܤ



cha 02/08/2009 12:04

il devrait faire comme sur FB, une case j'aime!^^

Haut de page